Les « Vendredis du Vox » le 20 Avril à 18h30

 « LES DESTINEES D’ASHER »

 Film israélien en VOSTF (1h28)

Dès l’école primaire, puis au collège et au lycée, Asher, 17 ans, a toujours été un fauteur de troubles impulsif. Il a du mal à se concentrer en classe, est sujet à des accès de colère et de violence. Il est toutefois également doté d’un grand charme et se montre extrêmement débrouillard. Son père, très strict, le considère comme son successeur naturel qui reprendra l’affaire familiale d’échafaudages, mais Asher trouve un autre modèle masculin en la personne de son professeur de littérature, Rami, et noue avec ce dernier une relation très particulière. Déchiré entre ces deux mondes, Asher se cherche une autre vie et une nouvelle identité. Une tragédie soudaine le soumet à une ultime épreuve qui forgera sa maturité

Trouver sa place dans le monde à quand on a 18 ans !

Matan Yair brosse le portrait d’une jeunesse dont l’avenir semble inexorablement tracé. Une génération sans idéaux, sans envies, destinée à devenir ce que la famille et la société projettent.

L’émotion au cinéma surgit souvent parce qu’il y a surprise …  Les Destinées d’Asher n’est que surprise! La plus belle est sans doute celle d’Asher Lax qui interprète son propre rôle.  Un acteur incroyable qui ne bouge comme aucun autre, qui invente un rythme unique, éruptif, violent et finalement bouleversant.

Quand Asher prend la parole, c’est toujours par effraction. Le personnage interrompt chaque scène, détruit chaque programme et conduit ainsi le film dans des endroits insoupçonnables. Pourquoi agit-il ainsi ? Parce qu’il réagit comme il peut (ou comme il veut) à l’environnement et à la violence qui traverse Israël.

À travers lui se découvre un pays comme nous ne l’avons jamais vu et donne un témoignage de la complexité d’un État israélien devenu schizophrène à force d’accepter aveuglément et de renier consciemment tout ou partie de lui-même

Plein de sentiments et d’humour,

ce film n’a pas fini d’interloquer pour son regard neuf,

bien loin des sentiers battus d’un cinéma

d’illustration.

Les prochains vendredis du Vox: 3 Bill Boards: les panneaux de la vengeance en VO Phantom Thread en VO, Wonder en VO.