Bonjour à toutes et tous,

Cette sélection du mois de Juin fait la part belle au Festival de Cannes.

Sortie le 5 Juin: ANNA, UN JOUR de Zsofia Szilàgyi

Synopsis Anna a la quarantaine, trois enfants, un mari, un emploi et quelques soucis financiers. Elle passe son temps à courir, entre le travail, la maison et les enfants. Elle aime son mari, mais elle sent qu’elle est en train de le perdre. Submergée par le rythme frénétique de ses journées, elle se retrouve dans cette période fragile, où l’on ne sait comment changer, où l’on réalise qu’il y a des choses que l’on ne pourra pas recommencer. Anna arrivera-t-elle à sauver ce qui est précieux et unique dans sa vie ?

 Présenté en compétition à la Semaine de la critique en 2018, « Anna, un jour » de Zsófia Szilágyi rend hommage aux mères en suivant l’une d’entre elles dans un quotidien éreintant. Comme son titre l’indique, le film se déroule sur une journée. Mais pas n’importe laquelle. Celle d’une mère de trois enfants. Un film hongrois qui frappe par la justesse de son propos. Cette universalité du propos et du traitement fait ainsi d’Anna, un jour un film d’une pertinence rare

Bande Annonce :

 http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19583574&cfilm=264087.html

Sortie le 5 Juin: PARASITE de Bong Joon-Ho

Synopsis Le film est présenté en compétition au Festival de Cannes 2019.
Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable, dont personne ne sortira véritablement indemne…

 Entre drame social venimeux, suspense domestique et thriller, le film entraîne le spectateur dans une folle sarabande et décrit un monde, le nôtre, où la cohabitation pacifique entre les classes sociales, mise à mal par la déshumanisation ultra libérale, relève de la douce utopie.

Bande annonce :

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19583481&cfilm=255238.html

  • Sortie le 19 Juin: NEVADA de Laure de Clermont -Tonnerre

Synopsis. Incarcéré dans une prison du Nevada, Roman n’a plus de contact avec l’extérieur ni avec sa fille… Pour tenter de le sortir de son mutisme et de sa violence, on lui propose d’intégrer un programme de réhabilitation sociale grâce au dressage de chevaux sauvages. Aux côtés de ces mustangs aussi imprévisibles que lui, Roman va peu à peu réapprendre à se contrôler et surmonter son passé.

Nevada mélange deux genres canoniques : le film de prison et le western.

Film qui a été tourné dans la prison même du Nevada où a lieu ce programme de réhabilitation.

Si la proximité de Matthias Schoenaerts à un mammifère herbivore n’est pas neuve, ce premier long métrage formellement maîtrisé fascine sans mal… ”

Bande Annonce :

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19581628&cfilm=260349.html

  • Sortie le 26 Juin: YVES de Benoit Forgeard

Synopsis. Film présenté à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes

Jérem s’installe dans la maison de sa mémé pour y composer son premier disque. Il y fait la rencontre de So, mystérieuse enquêtrice pour le compte de la start-up Digital Cool. Elle le persuade de prendre à l’essai Yves, un réfrigérateur intelligent, censé lui simplifier la vie…

Yves est un film complètement …décalé… Un frigidaire va rendre amoureux et jaloux. Une comédie grand public ou l’on rit, beaucoup. Et malgré ce grotesque et en continuant de rire, on cherche une certaine morale sur la place que l’on donne aux machines.

À recommander pour une soirée ciné philo !

Sortie le 26 Juin: LA FEMME DE MON FRERE de Monia Chokri

Synopsis. Le film est présenté en compétition au Festival de Cannes
Montréal. Sophia, jeune et brillante diplômée sans emploi, vit chez son frère Karim. Leur relation fusionnelle est mise à l’épreuve lorsque Karim, séducteur invétéré, tombe éperdument amoureux d’Eloïse, la gynécologue de Sophia

Film d’ouverture du Certain Regard du 72e Festival de Cannes, le premier film de l’actrice canadienne Monia Chokri est une comédie névrosée, aussi furieusement drôle que désespérée. L’art du bon mot poussé jusqu’à saturation comme un match de ping-pong verbal éreintant mais qui in fine, révèle surtout tout ce que la comédienne veut dissimuler, à savoir une émouvante fragilité.

Bande annonce :

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19583907&cfilm=273177.html